linux:hosting:dns

Installer son NS ainsi que son resolveur DNS via BIND9

Afin de se séparer au maximum des services proposés par différents tiers, il est possible d'installer son propre resolveur DNS, ainsi que de paramétrer son serveur DNS (Ici BIND9) afin d'avoir ses propre serveurs autoritaires.

Ne pas oublier DHCPD pour les DNS (CF Article Bortz)

Un NS est un enregistrement DNS afin d'avoir son propre autoritaire : Prenons l'exemple avec ce nom de domaine : wiki.jdelgado.fr.

  1. Tout d'abord, nous allons intérroger les root servers, par exemple g.root-servers.net
  2. Ce serveur nous indique le serveur à contacter, ici, les serveurs autoritaires du TLD .eu : x.dns.eu
  3. Ces serveurs nous disent quel serveur autoritaires du nom de domaine, dans notre cas, ns1.jdelgado.fr
  4. Et enfin, nous obtenons enfin l'IP du serveur.

Le serveur que nous allons installer correspond à l'étape 3

Un Resolveur DNS agit d'une manière extremement simple : Il va simplement résoudre n'importe quel nom de domaine que vous cherchez, et retourner son adresse IP.

Un des intérets à avoir son propre resolveur DNS est d'évité le DNS Hijacking, c'est à dire de modifier la résolution DNS. Exemple flagrant avec le nom de domaine t411.io.

Un autre intéret à avoir son propre resolveur DNS est d'éviter l'espionnage de notre FAI ou autre.

Si vous voulez tout de même éviter le flicage, mais que vous n'avez les compétences, ou tout simplement l'envie, il existe des projets tel que OpenNIC qui vous indique le resolveur DNS libre le plus proche de chez vous, pour ainsi minimiser le ping, et donc le temps de résolution DNS. Il y a également le projet DNS Watch qui est un résolveur libre IPV4/IPV6 sans log et qui supporte le DNSSEC.

De base, BIND9 est correctement configuré afin de résoudre les noms de domaine sur vos interfaces locales, soit 127.0.0.1, ::1 si vous disposez d'IPv6, et enfin, votre IP locale fournie par le DHCP de votre, soit 192.168.1.2 par exemple.

Nous verrons par la suite comment le configurer.

Afin qu'il résolve les requêtes DNS sur votre ordinateur locale, voici la ligne à écrire :

apt-get -y install bind9

Pour être certain que votre BIND9 soit bien installé, dig +short google.fr doit vous renvoyez une IP appartenant à Google.

Dans le dossier de configuration BIND9, vous y retrouverez 4 fichiers de configuration :

  • named.conf recense tous les fichiers de configuration. Au lieu d'écrire la configuration dans un seul fichier, celle-ci est partagée en plusieurs fichiers.
  • named.conf.default-zones est un fichier contenant toutes les zones par défaut, comme son nom l'indique.
  • named.conf.local est vide par défaut, et c'est normal, il s'agit du fichier où l'on effectuera toutes nos modifications
  • named.conf.options est le configuration de base par défaut, il contient toutes les options nécéssaires pour bien paramétrer notre BIND9

N'oubliez pas d'editer votre resolv.conf sous un système UNIX afin d'utiliser votre resolveur, ou bien vos paramètres de votre carte réseau sous Windows

Un serveur autoritaire est un serveur faisant “autorité” sur une zone donnée. Celui-ci permet de toutes les redirections nécéssaires (MX, A, CNAME…)

Généralement, votre registrar fait également serveur DNS, mais il s'agit très souvent d'une usine à gaz, lorsqu'un simple BIND fait l'affaire, et est très simple à mettre en oeuvre

Tout d'abord, il vous faudra mettre à jour votre liste de NS sur votre registrar, par exemple, pour mon cas :

Ici, nous disons à notre registrar que notre serveur autoritaire sera ns1.jdelgado.fr soit 195.154.226.173

Repassons désormais à notre BIND9, et regardons les fichiers à éditer

named.conf.local

Dans ce fichier, nous allons ajouter la zone à gérer par BIND9. Voici un exemple de zone à rajouter au fichier

zone "jdelgado.fr" IN {

        # Zone de type maître
        type master;

        # Fichier de zone
        file "/etc/bind/jdelgado.fr/db.jdelgado.fr";

        # On autorise le transfert de la zone aux serveurs DNS secondaires (Slaves)
        allow-transfer { 217.70.177.40; 213.186.33.199; 173.245.58.105; 173.245.59.150; 8.8.8.8; 8.8.4.4; };

        # On autorise tout le monde à envoyer des requêtes vers cette zone
        allow-query { any; };

        # Prévenir les serveurs DNS secondaires qu'un changement a été effectué dans la zone maître
        notify yes;

};

Au final, ce fichier comporte assez peu d'instructions, je vous invite à aller regarder les commentaires afin de savoir à quoi correspondent chacunes d'entrent-elles

Au final, ce fichier comporte assez peu d'instructions, je vous invite à aller regarder les commentaires afin de savoir à quoi correspondent chacunes d'entrent-elles

named.conf

Nous ajoutons un include dans ce fichier, afin de pouvoir faire des logs corrects, au lieu de tout log dans syslog par défaut

include "/etc/bind/named.conf.logging";

named.conf.logging

Et voici le fichier de logging : named.conf.logging

logging {
    channel security_file {
        file "/var/log/bind/security.log" versions 3 size 30m;
        severity dynamic;
    };

    channel b_query {
        file "/var/log/bind/query.log" versions 2 size 10m;
        severity info;
    };

    channel general_file {
        file "/var/log/bind/general.log" versions 3 size 5m;
        severity dynamic;
    };

    category queries { b_query; };
    category general { general_file; };
    category security { security_file; };
    category lame-servers { null; };
};

named.conf.options

Le fichier de base étant totalement inutile, en voici un plus utile

acl allowQueried {
	188.166.95.206;
};

acl allowRecursion {
	localhost;
};

  • linux/hosting/dns.txt
  • Dernière modification: 2020/04/16 15:00
  • par root