Aller au contenu

Hardening simple du serveur SSH

sshd_config

Par défaut, un serveur SSH est configuré de tel manière à être plutôt laxiste en terme de sécurité et être un peu trop souple à notre gout. Il existe différentes manières de rendre un serveur plus ou moins sécurisé. Dans cet article, nous allons nous content des moyens simples & rapides pour rendre notre serveur plus sécurisé.

Attention, ce guide considère que vous ayez une version de OpenSSH relativement récente, 7.x au minimum

Le paramètre le plus important lors d'une attaque est le type de connexion SSH. Tant que possible, il est nécessaire de désactiver les connexions par password.

AuthenticationMethods publickey

Dans les anciennes version de OpenSSH, la connexion en root était autorisée en password. Depuis quelques temps, la connexion est autorisée par clef uniquement. Il est tout de même conseillé de refuser explicitement toute connexion à l'utilisateur root.

PermitRootLogin No

Par défaut, lors d'une connexion SSH. Debian renvoie sa version ainsi que la version du serveur OpenSSH utilisée.

remote software version OpenSSH_7.9p1 Debian-10+deb10u2

Pour désactiver ce comportement, il suffit de passer la variable DebianBanner de son sshd_config à no

DebianBanner no

Par défaut, lorsque nous nous connectons à un serveur SSH, nous avons 2 minutes (120s) pour nous login. Cette valeur est inutilement longue. Cette valeur est controlée par la directive LoginGraceTime et doit être définit à 30s.

LoginGraceTime 30

Si par mégarde vous oubliez de vérouiller votre poste avec des connexions SSH ouvertes, il peut être intéressant de configurer une valeur pour laquelle votre sesssion SSH sera automatiquement terminée. 2 paramètres cohabitent :

  • ClientAliveCountMax - Indique le nombre total de messages de vérification envoyés par le serveur SSH sans obtenir de réponse du client SSH. La valeur par défaut est 3.
  • ClientAliveInterval - Indique le délai d'attente en secondes. Après x secondes, le serveur SSH envoie un message au client pour lui demander une réponse. Deafult est égal à 0 (le serveur n'enverra pas de message au client pour vérifier.).

Par exemple, si vous souhaitez une déconnexion automatique au bout de 3 minutes, voici la configuration à appliquer :

ClientAliveInterval 180
ClientAliveCountMax 0

Une fois l'utilisateur authentifié, nous devons nous assurer que le canal de communication est correctement chiffré. Pour cela, la fondation Mozilla nous fournit des données utiles :

KexAlgorithms curve25519-sha256@libssh.org,ecdh-sha2-nistp521,ecdh-sha2-nistp384,ecdh-sha2-nistp256,diffie-hellman-group-exchange-sha256
Ciphers chacha20-poly1305@openssh.com,aes256-gcm@openssh.com,aes128-gcm@openssh.com,aes256-ctr,aes192-ctr,aes128-ctr
MACs hmac-sha2-512-etm@openssh.com,hmac-sha2-256-etm@openssh.com,umac-128-etm@openssh.com,hmac-sha2-512,hmac-sha2-256,umac-128@openssh.com

Si vous souhaitez savoir quels ciphers ou autres sont disponibles dans votre version d'OpenSSH, il est possible d'utiliser les commandes suivantes

ssh -Q cipher
ssh -Q cipher-auth
ssh -Q mac
ssh -Q kex
ssh -Q key

Utiliser si possible les mécanismes de sandbox du kernel dans les processus non privilégiés

UsePrivilegeSeparation sandbox

Avancé

Par défaut, peu d'informations sont loguées dans les logs, une information pouvant être utile est la fingerprint de la clé utilisée, nous devons donc passer le LogLevel à verbose.

LogLevel VERBOSE

Il est également possible de log les actions effectuées en SFTP.

Subsystem sftp  /usr/lib/ssh/sftp-server -f AUTHPRIV -l INFO

Pour une sécurisation encore plus poussée, il est possible d'activer le 2FA sur votre serveur SSH. Cependant, si vous vous connectez & deconnectez souvent de vos serveurs, celui-ci peut vite devenir très contraignant

Dans le cadre où vous utilisez un serveur intermédiaire pour vous connecter à vos serveurs (bastion), il est possible d'autoriser le login uniquement à partir des IPs de ces derniers :

AllowGroups admin@1.2.3.4 admin@10.20.30.40

Cette syntaxe est également possible pour la directive AllowUsers.

Les variables d'environnement peuvent être modifiées lors d'une connexion SSH depuis une clef, ces derniers peuvent très largement altérer le comportement de certains programmes (LD_PRELOAD, LD_LIBRARY_PATH'...). Pour cela, une option existe pour désactiver la modification des variables systèmes lors d'une connexion SSH.

PermitUserEnvironment no

Toutefois, les variables listées dans la directives AcceptEnv restent modifiables.

authorized_keys

Beaucoup d'options sont également possibles au niveau du fichier authorized_keys

  • no-agent-forwarding: Désactivation du SSH agent forwarding
  • no-port-forwarding: Désactivation du SSH port forwarding.
  • no-X11-forwarding: Désactivation du X11 display forwarding.
  • no-pty: Désactive la possibilité de démarrer un shell
  • no-user-rc: Empêche l'interprétation du fichier '~/.ssh/rc.

Par défaut, tout est autorisé. Cependant, une autre approche est possible. Via le keyword restrict, ce qui va implicitement refuser toutes les options SSH. Par exemple, si vous souhaitez tout de même autoriser l'agent forwarding

restrict,agent-forwarding ecdsa-sha2-nistp521 AAAAE

Il est également possible de forcer une commande lors de la connexion avec une clef spécifique :

command="/usr/local/bin/backup" ecdsa-sha2-nistp521 AAAAE

Une option plutôt pratique via ce fichier authorized_keys et qu'il est possible de simuler une connexion SFTP pour une clef précise

restrict,command="false" ecdsa-sha2-nistp521 AAAAE

Avec la clef suivante, vous n'aurez uniquement le droit à effectuer une navigation dans les différents répertoires de votre utilisateur

Il est également possible de limiter la connexion via votre clef pour différentes machines, option une nouvelle fois utile lors de l'utilisation d'un bastion

from="1.2.3.4,10.20.30.40" ecdsa-sha2-nistp521 AAAAE

Entrées SSHFP

A outre mesure, il est possible de sécuriser une connexion SSH avec les entrées DNS SSHFP. ssh (s'il est configuré avec VerifyHostKeyDNS=yes) va automatiquement vérifier le record SSHFP et permettre la connexion.

Si SSHFP est correctement configuré, vous aurez cette entrée :

debug1: matching host key fingerprint found in DNS

Et pour générez vos entrées SSHFP :

#!/bin/bash
IFS=$'\n'
for LINE in $(cat ~/.ssh/known_hosts) ; do
    WANTED=$(echo "$LINE" | awk -F" " '{print $1}')
    PORT=$(echo "$WANTED" | awk -F":" '{print $2}'|awk '{ print substr( $0, 0,4 ) }')
    HOST=$(echo "$WANTED" | ggrep -oP '\[.*?\]'|tr -d "]"|tr -d "["|head -1)
    [ ! $PORT ] && PORT=22
    echo "$HOST - $PORT"
    ssh-keygen -r $HOST
    # sleep 1
    # ssh-keyscan -p $PORT -D $HOST
done

Dernière mise à jour: November 30, 2022
Créé: November 30, 2022